Interview de Cyril Dumeaux pour “Saxtape”

Le saxophoniste Cyril Dumeaux, leader de “Saxtape”, ensemble de saxophones de la région Bordelaise, nous parle de la sortie de son premier album, et de son parcours…

Cyril Dumeaux
Cyril Dumeaux

DJ : Bonjour Cyril, peux-tu te présenter :

CD : Bonjour Stan, j’ai 44 ans, je suis originaire du Lot et Garonne, je suis saxophoniste à la musique de l’Air de Paris, professeur de sax a l’EMMD de Talence à côté de Bordeaux.

Je collabore en tant que musicien avec plusieurs formations comme Electro Deluxe Big band, Big One, Nico Wayne Toussaint, Monk … 

DJ : Quelles sont tes principales influences et ton parcours ? : 

CD : Mon parcours est assez traditionnel, j’ai débuté le saxophone à l’âge de 7 ans à l’école de musique de Tonneins (47) puis après un passage au Conservatoire de Bordeaux je suis rentré dans la classe de jazz de Jacky Berrecochea dans les Landes ( Dax et Mont de Marsan), après l’obtention de mon Dem de jazz, je suis rentré en 1998 à la musique de la 3ème région aérienne atlantique à Merignac puis en 2003 à la musique de l’Air de Paris pour intégrer l’orchestre de Jazz que tu as dirigé pendant 15 ans 😉

Mes influences sont assez éclectiques, mon premier « choc « musical à 13 où 14 ans a été Led Zeppelin et particulièrement Jimmy Page le guitariste pour ses solos légendaires. Puis est venu Jimmy Hendrix, Stevie ray Vaughan. 

La terre s’est véritablement ouverte sous mes pieds lorsqu’à 17 ans, un ami m’a passé une K7 audio des Brecker’s Brothers et de l’album Heavy métal Be bop. Quoi ? Mais quoi ? On peut faire ça avec un saxophone ? 

De fil en aiguille en achetant des disques et en lisant les pochettes et les associations de musiciens s’en sont suivi Bob Mintzer, Steps Ahead, Weather report, Yellow Jackets …

Et puis la découverte du Big band avec l’incontournable Atomic Basie avec toujours le même mécanisme de recherche s’en sont suivi Duke Ellington, Marty Paich, Terry Gibbs, Thad Jones & Mel Lewis et j’en passe. 

Et puis le Sax Baryton, les gens ne se battent pas pour en jouer en Big band, j’ai donc pris ce qu’il restait dans le Big band de ma région et ça a été un des meilleurs moments de ma vie. 

J’ai réellement saisi la dimension de cet instrument grâce à Frédéric Couderc que j’ai rencontré en 2003 et qui m’a fait découvrir Pepper Adams, Gary Smulyan, Ronnie Cuber … 

DJ : Peux-tu nous parler de l’ensemble Saxtape et du disque qui va sortir ? 

CD : Le projet Saxtape a démarré (dans ma tête) lors de l’enregistrement du premier album du Big band de la musique de l’Air lorsque nous allions en cabine écouter les prises à plat et particulièrement lors des tutti de saxophones, j’avais démarré l’aventure à Paris avec le pupitre de saxophones et la rythmique. 

Devant la difficulté d’organiser des répétitions au complet, j’avais décidé de poursuivre cette aventure à Bordeaux.

L’idée principale du projet étant de sonner comme un combo et non comme un ensemble de saxophone. 

J’ai contacté Pierre Bertrand que j’avais eu la chance de rencontrer lors de remplacements au Paris jazz Big band. 

Il nous a écrit un répertoire sur mesure afin de pouvoir démarrer cette aventure sur scène.

Après quelques festivals dans la région Aquitaine et un premier EP de 4 titres, nous avons décidé de préparer un « vrai » album plus conséquent et abouti.

En tant que fan inconditionnel de Bob Mintzer, je commandais depuis quelques années des partitions et des méthodes pédagogiques sur son site et je m’étais aperçu que c’était lui qui envoyait et répondait par mail en mettant toujours un petit mot pour remercier d’avoir fait des achats sur son site. 

Je me suis permis de lui envoyer les vidéos de Saxtape en lui expliquant que nous préparions un album et que nous serions très honorés s’il acceptait de nous écrire un arrangement sur mesure. 

J’ai reçu une réponse favorable une semaine après me demandant quel titre nous souhaiterions jouer ! Je lui ai laissé carte blanche car j’étais incapable de répondre étant tellement fan de tout son répertoire. Il a donc choisi Ecuador qui est un titre composé pour les yellow jackets en me détaillant par mail le pourquoi du comment .

Motivé par son extrême gentillesse (j’insiste lourdement sur cet aspect de sa personnalité) je lui ai demandé s’il accepterait de faire un solo sur son arrangement, chose qu’il a validée dans la foulée. 

Il a enregistré chez lui à Los Angeles. 

Pour les autres arrangeurs, j’ai fait appel à des personnes qui me sont chères comme Toi et Nico Gardel et des personnes que j’admire depuis longtemps comme Pierre Bertrand et Stéphane Guillaume. 

Je voulais aussi avoir des amis sur cet album qui se trouvent être aussi d’illustres musiciens comme Pierre Desassis (tu connais notre histoire), Frédéric Couderc qui m’a permis de vivre des choses extraordinaires, Alain Coyral saxophoniste bordelais et ma femme Adeline ( clin d’œil à Kenny Wheeler et sa femme sur l’album large et small ensemble).

Les musiciens bordelais qui constituent le groupe sont aussi des personnes proches avec qui je joue depuis longtemps et qui sont des spécialistes du genre.

Voilà en gros ce qui pourrait résumer Saxtape et cet album. 

DJ : Quels sont vos futurs projets ? 

CD : Nous allons déjà commencer par défendre et présenter cet album sur scène et puis je pense déjà à Side B la suite et j’ai déjà dans l’idée de collaborer avec l’ensemble de saxophones “Squillante” pour une création unique et la réunion de 2 univers saxophonistiques. 

Beaucoup d’idées en tête mais il faut pouvoir les concrétiser…

Le site de Saxtape

Les partitions de certains morceaux de l’album, écrites par Stan, sont disponibles ICI

Partager l'article

Laissez un commentaire !