Interview de Fabien Mary

Merveilleux trompettiste, Fabien Mary irradie la scène musicale du jazz Français et international depuis deux bonnes décennies. Je l’ai connu tout jeune, et j’ai eu le plaisir de jouer à ses côtés, notamment en l’invitant dans mon Tentet dans les années 2000. Le blog est aussi là pour donner un petit coup de projecteur sur les beaux projets, et notamment lorsqu’il s’agit d’écriture ! Fabien lance une campagne de collecte de fonds pour produire son projet en Big band (avec le magnifique « Vintage Orchestra ») dont il a signé toutes les orchestrations ! Je lui ai donc posé quelques questions…

DJ : Peux tu te présenter ?

FM : Je suis trompettiste, compositeur et arrangeur. Je suis également professeur de trompette dans la classe de Jazz du CMA9 à Paris. Je dirige mes propres formations depuis une vingtaine d’années, allant du trio à l’octet. J’ai aussi une grosse activité de sideman au sein de nombreuses formations.

Je suis originaire de Normandie, où j’ai fait mes études musicales (école de musique de Bernay, conservatoire d’Evreux puis CRR de Rouen). J’ai une formation classique, mais j’ai découvert le jazz en parallèle à l’adolescence.
Je suis arrivé à Paris en 1998 pour me jeter dans le grand bain du jazz et j’ai également habité à New York de 2008 à 2011.

DJ : Quelles sont tes principales influences ? (Musiciens/styles)

FM : En tant qu’instrumentiste, je dirai que mon influence majeure depuis de nombreuses années c’est le trompettiste Kenny Dorham. J’aime son son, son phrasé, sa science de l’harmonie, son feeling etc… C’est un musicien très moderne et véritablement sous-estimé.
Mais bien évidemment, j’ai été influencé par de nombreux autres (Clifford Brown, Lee Morgan, Freddie Hubbard, Blue Mitchell, Miles Davis, Dizzy Gillespie, Tom Harrell, Thad Jones, Clark Terry, Fats Navarro, Chet Baker, Conte Candoli, Donald Byrd, Art Farmer etc…), il serait trop long de tous les citer.

En tant que musicien de jazz, je dirai que j’ai été influencé par tous les grands (Armstrong, Duke Ellington, Count Basie, Dizzy, Bird, Monk, Bud Powell, Rollins, Dexter, Coltrane, Shorter etc…).

En tant qu’arrangeur j’aimerai citer Thad Jones, Slide Hampton, Jimmy Heath, Duke Pearson, Oliver Nelson, Gil Evans, Mary Lou Williams, Gigi Gryce, Tadd Dameron, Bill Holman, Marty Paich, Toshiko Akiyoshi, Quincy Jones, Melba Liston.

DJ : Un mot ou une phrase pour définir le jazz selon toi ?

FM : Juste une série de mots pour tenter de le définir : swing, spontanéité, blues, interaction, time, simplicité, sophistication, rythme, mélodie, harmonie. Le jazz est une musique qui doit parler au corps, à la tête et au cœur.

DJ : Si tu étais un standard de jazz ?

FM : Aujourd’hui je dirai « Like Someone In Love »…Mais j’aurais sûrement répondu un autre titre hier et encore un autre demain. J’aime vraiment les chansons et il y en a tellement…Elles font vraiment partie de l’identité de cette musique. Je pense que le jazz aurait été différent s’il ne s’était pas développé autour du « great american songbook ».

DJ : Comment en es-tu venu à l’écriture ?

FM : Cela s’est fait naturellement. Je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours aimé entendre de la musique arrangée, avec plusieurs cuivres (J’aime aussi les cordes, mais je ne m’y suis pas trop frotté encore). J’ai aussi parfois voulu jouer la musique de certains compositeurs, je pense à Tadd Dameron ou Jimmy Heath. J’ai relevé leurs compositions sur leurs disques, souvent enregistrés en moyennes formations voir en big band. C’est comme ça que j’ai commencé à m’y intéresser un peu plus en profondeur, puis j’ai ensuite tenté d’écrire mes propres arrangements.

J’ai aussi énormément joué en big band lorsque je suis arrivé à Paris et pendant de nombreuses années, dans plein de styles différents (Michel Pastre Big Band, Vintage Orchestra, Paris Jazz Big Band, Dal Sasso-Belmondo Big Band, Stan Laferrière Tentet, Gérard Badini super swing machine, Michel Legrand Big Band, François Laudet Big Band etc…).
J’ai toujours adoré ça, et ça m’a permis de découvrir plein d’arrangeurs différents.

DJ : Présente-nous ton projet en big band ?

FM : C’est un projet en collaboration avec le Vintage Orchestra, pour lequel j’ai écrit et arrangé toute la musique d’un disque, enregistré en août dernier. Cet album intitulé « Too Short » sortira sur le label Jazz&People au mois de mai. Cela n’a vraiment pas été facile à organiser après une première annulation des séances d’enregistrement à cause du Covid… Je suis vraiment content que l’on ait finalement réussi à mettre tout ça sur pied.
Le Vintage Orchestra c’est un peu une famille. Je joue dans ce big band depuis sa création, j’en suis d’ailleurs un des membres fondateurs avec Dominique Mandin, Erick Poirier et Sophie Alour en 2001 si mes souvenirs sont bons. De fil en aiguille, c’est Dominique Mandin qui en est devenu le directeur musical à part entière.

Comme tout big band, il y a des musiciens qui partent et d’autres qui arrivent, mais il y a vraiment un noyau dur de musiciens qui sont là depuis le début de l’orchestre ou presque. J’ai compté, sur les 16 musiciens qui ont enregistré ma musique, 11 étaient déjà présents sur le premier disque du Vintage Orchestra en 2003.

Cela me tenait particulièrement à cœur de pouvoir enregistrer mon premier disque en big band avec cet orchestre, et je tiens encore à remercier Dominique pour son aide et tous les musiciens du big band pour leur investissement dans ce projet.

DJ : Eh bien Fabien, on te souhaite toute la réussite que tu mérites avec ce magnifique album (J’ai pu en entendre quelques extraits…)

Voici le lien pour soutenir le projet et acheter l’album en pré-commande !

Le teaser du Vintage Orchestra

Et le site web de Fabien

Partager l'article

Laissez un commentaire !